Pays

LAOS

Capitale

Vientiane

Nombre d’hab

7,2 millions

Monnaie

KIp

Langue

Lao

Monument principal

Kuang Si Waterfall

Gastronomie

Salade Laap

Sport National

Sepak Takraw

 

Alors que j'avais réussi à éviter la corruption à la frontière Cambodgienne, le passage de la frontière Laotienne fut un peu plus compliquée. J'arrivais assez tard au poste frontière et pour éviter de perdre du temps le lendemain matin j'avais dans l'idée de régler cette étape dès que possible.

 

Les douaniers firent un effort et me laissèrent passer alors que l'heure de fermeture était déjà passée mais suite à cela je ne fis pas l'effort de batailler pour payer le prix réel. Le tarif final n'augmenta que de quelques euros mais céder à la corruption me laissait tout de même un goût amer en bouche.

J'étais néanmoins entré au Laos sans plus de difficultés que cela et je passais ma première nuit de camping non loin de la frontière.

 

Cependant, je fus très vite confronté à un nouveau problème... Je n'avais pas pu me procurer de monnaie laotienne avant mon entrée dans le pays et aucun distributeur ou banque n'était en vue avant Pakse, la première grande ville après la frontière, située à 150 km de là. Ne me restait donc que quelques devises cambodgiennes et j'allais devoir compter sur la générosité des gens. J'arrivais également à trouver quelques commerçants qui acceptaient tout de même les Riels (devise du Cambodge) mais ils étaient très rares. Quant à l'endroit où dormir pour ma deuxième nuit, je pus une nouvelle fois compter sur l'hospitalité des temples bouddhistes.

En ce qui concerne le paysage, cela ressemblait peu ou prou à la campagne cambodgienne à la différence près que l'on pouvait voir un peu plus de verdure due à la présence de nombreux lacs dans la région.

Lorsque j'arrivais finalement à Pakse il ne me restait plus que deux jours avant l'arrivée au Laos de ma mère et de mon frère. Leur arrivée était prévue à Vientiane ce qui me rendait le trajet en vélo virtuellement impossible à réaliser. Étant donné le réseau ferroviaire laotien plus que limité, j'optais pour le bus comme moyen de locomotion rapide. En trouver un ne fut pas bien difficile et négocier un prix pour transporter le vélo non plus. Après une petite journée de visite de Pakse, je montais donc dans le car afin de pouvoir accueillir ma famille comme il se devait.

 

Les retrouvailles furent intenses pour ma mère qui ne m'avait plus vu depuis environ sept mois mais elle se reprit bien vite et nous purent visiter la ville tout en partageant plusieurs discussions pour rattraper le temps perdu.

[On aime tes aventures, mais on admire ta maman Hugo. Laisser partir son fils au bout du monde en vélo, alors qu'il ne maîtrise pas tant que ça le vélo, et ne parle pas la majorité des langue des pays qu'il souhaite traverser ... Euh ... Admiration]

Vientiane était probablement la plus petite et modeste capitale que j'avais vu jusqu'ici ou tout du moins c'est l'impression qu'elle en dégageait. La visite en fut donc extrêmement rapide et bientôt nous prîmes un énième bus, cette fois pour se diriger vers une autre ville au centre du Laos très connu de nombreux touristes : Louang Prabang.

Cette dernière est en quelque sorte la capitale culturelle du pays et fut même jusqu'en 1975 la capitale royale.

Les sorties que nous faisions étaient toutes intéressantes à faire et les paysages nous laissaient souvent bouche bée. Les différents marchés de la ville étaient tout aussi passionnants à arpenter et réservaient leur lot de curiosité mais aussi de saveurs familières avec un art boulanger bien présent. Ce fut d'ailleurs l'occasion pour ma famille de se familiariser quelque peu avec le mode de vie laotien et le choc culturel était, comme je m'y attendais, bien présent. Il en aurait d'ailleurs très certainement été de même pour moi si je ne m'étais pas acclimaté à l'Asie en douceur, étape par étape.

[Certains de nos lecteurs se reconnaissent dans tes paroles, Notamment lorsque tu parle de choc culturel]

Après quelques jours vint le moment du départ pour ma mère et mon frère qui retournèrent vers Vientiane pour prendre leur avion de retour. Quant à moi je me dirigeais vers le Nord-Est du pays en direction du Vietnam. Le trajet n'était pas bien long sur le papier mais celui que j'avais choisi me conduit droit dans des régions montagneuses qui, bien que magnifiques, étaient loin d'être de tout repos. Des chemins étroits, non praticables en vélo, des villages se faisant de plus en plus rares et qui souvent ne vendaient que le strict nécessaire.

L'expérience fut aussi intense qu'enrichissante et c'est après 3 jours d'efforts que je parvins enfin à atteindre Muang Khua, dernière ville notable avant la frontière vietnamienne. Frontière qui me réserverait une petite surprise due à une petite étourderie de ma part !

À venir : Ep. 21 : Celui qui visite une île habitée par des singes au Vietnam.