Pays

AUSTRALIE

Capitale

Canberra

Nombre d’hab

25,18 millions

Monnaie

Dollar australien

Langue

Anglais

Monument principal

Grande barrière de corail, Uluru

Gastronomie

Barbecue, Batônnets de crabe

Sport National

Football Australien

 

Jusqu’à présent j'appréciais donc beaucoup l'Australie et c'est ainsi que je me remis en route vers Sydney. J'entrais à présent dans une partie du pays bien plus peuplée et envahie par les surfeurs, maintenant que les plages n'abritaient plus de crocodiles et autres joyeusetés en tout genre. Ces plages étaient d'ailleurs magnifiques et j'ai de nombreux souvenirs de campings en face de l'océan.

En revanche, avec le printemps qui débutait, je dus désormais faire attention à une nouvelle menace. Alors que lorsqu'on fait la liste des animaux dangereux en Australie on parle surtout de requins, serpents, méduses, crocodiles, araignées, il ne me serait jamais venu à l'esprit que l'animal le plus belliqueux que je rencontrerais serait le Cassican Flûteur. Une pie australienne qui a pour habitude d'attaquer tout ce qui se rapproche de près ou de loin de son nid en cette saison. En portant un casque on ne subit généralement pas de dommages mais il arrive parfois que ces oiseaux provoquent des accidents mortels lorsque les cyclistes se déportent sur la route pour les éviter. Après quelques attaques je me méfiais désormais de tout ce qui pouvaient venir des airs et encore maintenant je me méfie de tout ce qui ressemble un tant soit peu à une pie.

 

En me rapprochant de plus en plus de Sydney je pouvais voir une évolution étrange à propos de la météo. Le printemps arrivant, le temps était de plus en plus clément mais en allant vers le Sud les températures baissaient de plus en plus ce qui me privait de potentielles baignades en ma qualité de frileux. Le vent quant à lui n'était plus aussi présent que lors de mon arrivée en Australie et les kilomètres s’enchaînaient donc bien plus rapidement. Globalement tout allait donc pour le mieux de ce côté-là. En revanche je n'en finissais plus d'être désespéré par la nourriture, surtout après mon passage en Asie. Tout coûtait affreusement cher et la qualité n'était pas forcément au rendez-vous. La seule lueur dans ces ténèbres fut la découverte des biscuits chocolatés TimTam, véritable institution en Australie et que j'aimerais particulièrement retrouver France. Je me consolais avec les paysages et l'expérience que je vivais malgré tout mais je n'étais clairement pas à la fête gastronomiquement parlant !

 

Et l'expérience australienne valait effectivement le coup puisque je pensais initialement quitter le pays une fois arrivé à Sydney. Cependant, les gens que je rencontrais et l'envie d'en voir toujours plus me motivèrent à retarder mon départ et à pousser encore jusqu'à Melbourne.

Sydney de son côté était fidèle à sa réputation de ville la plus célèbre du pays. En plus d'avoir réussi à trouver une auberge bon marché je passais quelques jours à visiter de nombreux endroits de cette jungle d'acier. La petite satisfaction supplémentaire fut de cocher un nouveau monument très connu à ma liste, l'Opéra de Sydney, particulièrement mis en valeur par les couchers de soleil. Les nombreux parcs de la ville valaient eux aussi le coup d’œil et je fus fort satisfait de ma visite de la ville lorsque je repris la route une dernière fois.

La portion qui allait de Sydney à Melbourne était à ce que l'on disait particulièrement belle mais également très rude à parcourir en vélo. Les distances sur du plat se faisaient de plus en plus rares et je traversais des forêts remplies d'insectes volants qui me forçaient à me couvrir de la tête aux pieds.  En revanche j'étais le témoin de spectacles de la nature étonnants et contrairement à mes jours dans le Queensland aucun jour ne se ressemblait. En parlant aux gens que je croisais j'apprenais par ailleurs l'existence de coins méconnus des touristes comme notamment cette petite plage investie par des kangourous apprivoisés.

Et puisque tout se passait trop bien, je me fis une petite frayeur un soir alors que je descendais un chemin de terre afin d'aller camper près d'une énième plage. Un Wombat (marsupial marchant sur ses quatre pattes) avait en effet décidé que le meilleur moment pour traverser le chemin serait précisément lors de mon passage. La luminosité baissant je ne le remarquai qu'au dernier moment et incapable de l'éviter ma roue avant percuta son arrière-train. L'animal n'eut heureusement rien et s'empressa de disparaître dans les fourrés. Quant à moi je vérifiai en vitesse si ma roue n'était pas voilée, ce qui aurait eu des conséquences regrettables étant donné que j'étais encore loin de toute grande ville. Coup de chance, mon vélo n'avait rien et mis à part un petit coup d'adrénaline il ne ressorti de cette expérience qu'une anecdote amusante !

Je l'avais également déjà remarqué bien plus tôt mais j'étais toujours aussi surpris par la quantité de camping-cars sur la route. Il faut dire que le pays s'y prête bien et que les dispositifs de campings sont légions et de dernier cri. Les Grey Nomads (des retraités), comme on les appelle en Australie, profitent particulièrement de leur vie nouvelle et sillonnent ainsi le pays. J'ai d'ailleurs eu la chance de partager un repas avec un couple lors d'une de mes nuits dans un camping situé dans un petit village. Enfin, la liste des lieux farfelus où j'ai pu passer la nuit s'allongeait de jour en jour, pêle-mêle une laverie, des aires de jeux pour enfants (attention de partir avant que les premiers enfants n'arrivent) ou même des toilettes publiques (très propres en Australie et idéal pour s'abriter de la pluie...).

 

Deux mois après être entré en Australie j'atteignais enfin ma destination finale, Melbourne. Le chemin avait été très long et un peu de repos ne serait pas de refus avant d'entamer ma prochaine grosse étape. Comme pour Brisbane et Sydney, Melbourne était une grande ville très intéressante et j'appréciais énormément le temps passé ici. Il était en outre parfaitement impossible de dire laquelle de ces 3 métropoles j'aimais le plus tant elles avaient chacune leurs points forts bien différents. Le street art faisait ici partie prenante de l’esthétique de la ville et déambuler dans les ruelles à la recherche d’œuvres d'art cachées était très amusant.

Melbourne est particulièrement vivante et il y a toujours milles choses à faire lors d'un séjour dans cette ville. De mon côté je ne voyais pas le temps passer et j'en profitais même pour donner une dernière chance à la nourriture australienne. Ce fut donc dans cette ville que je goûtai pour la première fois du kangourou et du crocodile (après l'occasion manquée en Thaïlande) ainsi que quelques spécialités apportées en Australie par la diaspora italienne telles que le Chicken Parmigiana. Toutes ces expériences culinaires furent concluantes mais les prix restaient en général bien trop chers pour moi.

 

Ce fut donc une dizaine de jours bien remplis puis je m'envolais le 1er octobre pour un pays qui promettait des paysages tout aussi beaux si ce n'est plus encore : la Nouvelle-Zélande !

À venir : Ep 29 : Celui qui cherche l'anneau en Nouvelle Zélande