Pays

AUSTRALIE

Capitale

Canberra

Nombre d’hab

25,18 millions

Monnaie

Dollar australien

Langue

Anglais

Monument principal

Grande barrière de corail, Uluru

Gastronomie

Barbecue, Batônnets de crabe

Sport National

Football Australien

 

On entend beaucoup d'histoires qui font frémir à propos de ce pays, notamment sa faune impitoyable. Il faut aussi une bonne maîtrise de la langue car l'accent y est, dit-on, à couper au couteau. Enfin, si les paysages de cartes postales font rêver, la gastronomie n'y est semble-t-il pas très renommée. Oui, c'est bien de l'Australie dont je parle et c'était bel et bien ici que j'atterrissais après le Japon !

Voilà que je posais les pieds pour la première fois de ma vie dans l'hémisphère Sud. Alors que j'avais quitté le Japon en plein mois de Juillet et donc en été, je me retrouvais à présent en hiver. Un hiver assez doux pour le moment puisque je débutais mon aventure australienne à Cairns, dans le Nord du pays.

 

Un des points qui commençait à me peser après huit mois en Asie était la densité de population. Il était très rare de pouvoir faire plusieurs kilomètres sans croiser un grand groupe de personnes à part si vous alliez vous exiler dans les montagnes. En Australie c'était maintenant tout le contraire qui m'attendait. Des espaces immenses, s'étendant à perte de vue, et des petites villes espacées de centaines de km sans rien pour combler le vide. Parfait pour le calme et la relaxation en somme !

Mon but en Australie était très simple, aller de Cairns à Sydney minimum en longeant la côte Est. Cela allait prendre beaucoup de temps étant donné les distances gigantesques du pays mais j'y étais paré. En réalité le plus dur, du moins au début, allait être de progresser sans carte bancaire. Une nouvelle était en route et je devais la réceptionner à Brisbane, 1700 km au Sud de Cairns. Je pouvais pour l'instant compter sur de l'argent envoyé via Western Union mais les bureaux étaient rares et j'allais devoir être très économe. De plus, la vie coûtant assez cher ici, je ne pouvais pas me permettre de folies avec la nourriture. J'optais donc pour de nombreuses boîtes de conserves, des pâtes, des flocons d'avoine et du beurre de cacahuètes afin de tenir le plus longtemps possible à faible coût. Quant aux nuits, il y avait bien assez de place partout dans le pays pour économiser sur les logements !

 

Comme prévu, l'accent australien se révéla extrêmement compliqué à comprendre les premiers jours. À peine parti de Cairns, ma première nuit se déroula chez un homme qui m'avait vu passer en vélo près de chez lui alors que je cherchais une place pour installer ma tente. Très sympathique au demeurant, je ne compris toutefois pas la moitié de ce qu'il me raconta cette nuit-là, me contentant d’acquiescer à coups de « yeah you're right » ou « ok, I get it ». De même pour la deuxième nuit où, remarquant sur ma carte une auberge qui autorisait les campements sur sa propriété, je tombais sur un gérant quelque peu alcoolisé ce qui rendait la compréhension encore plus difficile.

Mis à part ce petit souci qui finit par être réglé au fil du temps, mon trajet fut très calme. Les conditions étaient parfois rudes à cause du vent ou des étapes interminables mais j'étais pour l'instant épargné par les animaux et les chauffards, deux problèmes supposément importants en Australie.

Le moment le plus notable avant d'atteindre Brisbane fut finalement mon court séjour à Airlie Beach, endroit reconnu pour ses plages magnifiques et ses survols de la grande barrière de corail. Je pus d'ailleurs tenter l'expérience et cela reste encore un moment mémorable de mon voyage ! Une bonne partie de ma réserve d'argent y passe alors mais j'étais parvenu à faire de grosses économies jusqu'ici.

Le reste du trajet fut partagé entre camping et invitations chez l'habitant, partageant parfois des barbecues avec les gens. J'eus même un jour la chance, au réveil, de me voir offrir un sachet de provisions et une cinquantaine de dollars australiens. En somme, les australiens étaient pour l'instant des gens adorables et pouvoir parler avec eux me facilitait grandement les choses par rapport à l'Asie.

 

Une fois arrivé à Brisbane je pus donc récupérer ma nouvelle carte (en me promettant d'y faire plus attention cette fois) et je pris un repos bien mérité après deux semaines de vélo quasi ininterrompues. La ville était immense et jurait avec tout ce que j'avais pu voir jusqu'à présent en Australie. Le contraste est réellement saisissant car l'on passe de campagnes désertes à des métropoles actives et étendues.


Alors que les petites villes traversées sur la route pouvaient faire penser aux États-Unis des années 50, Brisbane pouvait aisément être comparée à des villes plus modernes. C'était également devenu une tradition et je parvins également à rentrer en contact avec des joueurs qui purent m'héberger quelques jours. Ce fut aussi l'occasion de goûter la fameuse Vegemite australienne, une pâte à la levure de bière, et je pense bien que c'est la seule chose de tout mon voyage que je ne réussis pas à finir.  Mon hôte m'aida à visiter les différents points d'intérêts de la ville et j'en appris beaucoup grâce à lui en plus de pouvoir efficacement pratiquer mon anglais.

 

À venir : Ep.28 : Celui qui se bat avec un Cassican Flûteur en Australie