Depuis un arrêté préfectoral de février 2018, les poids lourds (PL) ont interdiction d’emprunter la RN 568 entre le carrefour Saint-Gervais et celui de la Fenouillère, sauf desserte locale (voir plan ci-dessous). Ils sont contraints de modifier leur itinéraire pour passer par les Routes portuaires (RP) 544 et 545 - ce qui ne leur fait perdre qu'une poignée de minutes et allège les nuisances subies par les riverains de la Nationale. Comment cela se traduit-il sur le trafic ? Entre février et juillet 2018, la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal) a fait procéder à un comptage au radar des camions circulant sur les RN 568 et 569 et la RP 545. Résultat : la circulation PL a diminué de 60%. Chiffre appréciable, mais qui n'atteint pas l'objectif initial d'une baisse de 80%.

En cause, une probable augmentation du trafic PL depuis que cet objectif avait été fixé (en 2012), alliée au fait que certains chauffeurs bafouent l'interdiction. Ceux qui ont commis cette infraction hier matin auront appris à leurs dépends que les autorités entendent bien la faire respecter : une opération de contrôle de police d'envergure s'est déroulée entre 10h30 et 11h30 au rond-point de la Fenouillère, réunissant 9 policiers municipaux et 8 policiers nationaux.

Tous les PL empruntant la RN 568 ont été interceptés et priés de présenter les documents attestant d'une desserte locale. Ceux qui n'ont pu le faire ont été verbalisés. « Le non respect de la signalisation est puni de l'amende de quatrième classe : 135 €, minorée à 90 € si paiement dans les 15 jours et majorée à 375 € si non-paiement après 45 jours », précise Naguib Mehadji, le directeur de la Police municipale, présent sur le terrain pour coordonner l'opération avec son collègue commandant de la police nationale.

Le maire de Fos-sur-Mer avait demandé un renforcement des contrôles policiers pour dissuader les chauffeurs de braver l'interdiction (voir Votre Mensuel N°291 de mars 2019) : le voilà entendu. « Ces contrôles seront faits régulièrement », prévient Naguib Mehadji.