Dans le cadre du festival Delta Noir, qui met à l’honneur le polar et le roman noir en Méditerranée, la médiathèque intercommunale a construit un projet transversal avec des enseignants de français et d’arts plastiques du collège Malraux. Laurence Borty et Flavie Titolo, pour le français, ainsi que Julien Etienne pour l’art plastique, se sont lancés dans cette aventure créative avec deux classes de cinquième, les « 502 » et « 504 ».

L’idée de départ est des plus simples : découvrir l’univers de Petros Markaris, un auteur grec de romans policiers, qui explore à travers les enquêtes menées par son héros charismatique, l’inspecteur Charitos, la société grecque avec ses problématiques contemporaines en matière d’économie et de politique. « En français, nous avons fait un travail autour de la notion de héros, qui est au programme des élèves de cinquième, pour ensuite aborder le thème du polar et du roman noir », a expliqué Flavie Titolo, lors du vernissage de l’exposition des travaux des élèves, mardi 15 novembre 2016, à la médiathèque. « Les élèves ont pu en maîtriser les codes grâce à une rencontre avec l’auteur marseillais, Gilles Del Pappas, qui a partagé avec eux son univers et ses « secrets » d’auteur. Ils ont aussi travaillé en classe des extraits de l’œuvre de Petros Markaris. Ils ont ainsi pu collecter assez de matière pour se lancer à leur tour dans la production d’écrits, se faisant enquêteurs amateurs à Athènes ».

Des écrits qui trouvent une expression esthétique dans des installations plastiques, menées sous la houlette de Julien Etienne. « Les élèves de la classe 504 ont créé une carte heuristique sur des scènes de crime dans une Athènes qu’ils ont imaginée à partir de leurs lectures en français, invitant le spectateur à suivre le fil de l’enquête pour la résoudre à son tour, explique Julien Etienne, lors de la visite de l’exposition. Quant aux élèves de la classe 502, ils ont mis en espace le bureau imaginaire de l’inspecteur Charitos, aux murs tapissés d’indices et de mentions de pistes à suivre ». Une mention spéciale pour une création très ludique : un jeu interactif sur le portrait-robot, réalisé à partir des autoportraits des élèves et de certains enseignants.
« Le mérite de cette exposition revient totalement à nos élèves, s’est enthousiasmée Laurence Borty. Nous, enseignants, n’avons été que des chefs d’orchestre. Ils ont su se saisir de l’opportunité de ce projet pour libérer leur créativité et leur imaginaire ».

Lors du vernissage, le 15 novembre, Gilles Del Pappas a souligné la qualité de ce travail : « Je me félicite d’avoir collaboré à ce projet, porté par de très bons enseignants, soucieux de s’ouvrir à la société civile et capable de sortir du cadre pour emmener leurs élèves sur de nouveaux chemins. Et merci aux collégiens de sortir un travail pareil avec dynamisme et force ». Des félicitations reprises par la principale du collège Malraux, pleinement « satisfaite de la créativité et ténacité des élèves, et de la mise à l’honneur de ce genre littéraire si particulier qu’est le roman policier ». Un beau travail à découvrir jusqu’au 30 novembre.