Organisé par la CNDP, la Commission Nationale du Débat Public, ce débat public, prévu pour durer jusqu'en octobre prochain, est l’occasion de découvrir les enjeux de ce projet de voie rapide et d’en discuter. Sur son site internet fos-salon.debatpublic.fr , la CNDP représente ce projet de liaison Fos-Salon, avec : « l’aménagement d’une infrastructure routière d’environ 25 km permettant d’améliorer la connexion de la zone portuaire à l’autoroute A54 et la desserte locale du territoire. La réalisation d'ici 2030 de cette liaison routière est l'un des objectifs fixés par la Commission "Mobilité 21" en 2013…. ».  Pour l’heure, plusieurs options d’aménagement sont sur la table, avec notamment, la mise à 2X2 voies de l’actuelle RN 569 pour fluidifier le trafic et ainsi faire face à l’augmentation significative du trafic poids-lourds qui devrait atteindre 20 000 véhicules par jour en 2025.

 

 

La nécessité d'un véritable contournement de Fos-sur-Mer

Hier soir, à la Maison de la Mer, le maire de Fos-sur-Mer, Jean Hetsch a rappelé la nécessité de voir ce projet enfin aboutir! Pour étayer son propos, un reportage de l'ORTF datant du début des années 70, évoquant déjà un projet d'autoroute dans notre secteur, a été diffusée hier à la Maison de la Mer. Cette nouvelle liaison routière est aujourd'hui encore une nécessité pour faire face à l'augmentation du trafic et notamment celui des poids-lourds ainsi qu'au développement du Grand Port Maritime de Marseille. Parmi les différents tracés proposés lors de ce débat public au niveau de notre commune, Jean Hetsch évoque notamment un tracé partant du sud d'Istres et rejoignant directement la Feuillane en s'éloignant ainsi des habitations. Le maire de Fos-sur-Mer a également rappelé la nécessité de réaliser le barreau des étangs qui permettrait enfin de désengorger Fos par un véritable contournement ! Enfin, pour Jean Hetsch, le projet doit être aussi multimodal en intégrant une meilleure accessibilité de la gare de triage de Miramas.

 

Un projet qui a du mal à aboutir

 Hier soir, le public n'a pas caché une certaine lassitude, voire de la colère, face à ce projet qui existe depuis longtemps mais a du mal à aboutir. Dans l'assistance, le sentiment d'avoir déjà participé à de très nombreuses réunions identiques sans voir de résultats concrets, était palpable. Beaucoup d'ailleurs ont émis des doutes sur une mise en service de cette nouvelle liaison routière en 2030. Aux côtés des interrogations portant sur le tracé, le format de cette autoroute (autoroutière, autoroutière intermédiaire ou voie express), le dimensionnement du projet par rapport aux perspectives d'accroissement du trafic et de la population dans notre secteur, ou encore son financement, la question de la multi-modalité avec le développement du trafic ferroviaire avec notamment la gare de triage de Miramas a été également évoquée.

 

Le débat se poursuit jusqu'en décembre

Pour répondre aux nombreuses questions du public, des représentants de la DREAL, la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement étaient présents. Les membres de la Commission Particulière du Débat Public prenaient des notes en vue d'une restitution de l'intégralité des débats. Vous pouvez d'ailleurs poser des questions et donnez votre avis sur ce projet grâce à internet en cliquant ici.

A noter également qu'un forum en ligne ouvert à tous est également organisé ce jeudi 17 septembre de 18h à 20h. Pour s'inscrire cliquez ici

Jusqu'en décembre, les temps d'échanges vont d'ailleurs se multiplier en abordant différents thèmes autour de ce projet et plus largement autour de la question de la mobilité.Le tout résumé avec ce slogan : "Se déplacer demain dans l'ouest de l'étang de Berre, quelles perspectives?"