La crèche est la représentation de la naissance de Jésus-Christ, dans une étable selon les Évangiles. D’abord vivante au XIIIe siècle - la première crèche avec personnages humains a été réalisée par Saint-François d’Assise en Italie, en 1223 -, elle se répand en Europe sous une forme miniature à partir de la fin du XVIe siècle, sous l’impulsion de l’ordre des Jésuites. Quant à la crèche provençale, qui représente des personnages traditionnels nommés les santons, de santoun (petits saints) en provençal, elle remonte à la fin du XVIIIe siècle. Une très vieille tradition par conséquent, qui perdure toujours aujourd’hui, transmise de génération en génération : « Ma mère faisait la crèche, ma fille la fait aussi ; c’est une tradition familiale », explique Mireille, l’ancienne patronne de l’hôtel-restaurant Au loup d’argent, dans le quartier des plages. Chez elle, la crèche fait partie de la décoration permanente ; elle y ajoute simplement « la scène religieuse » (avec le Christ, la « sainte-famille », les animaux et les trois rois mages) le 4 décembre, pour la Sainte-Barbe. Le reste demeure, vaste paysage dressé sur près de quatre mètres devant la fresque murale représentant l’Hauture réalisée pour elle par le peintre Jean Marignan, que Mireille a connu à l’occasion des courses camarguaises que tous deux fréquentaient assidûment (l’artiste camarguais nous a quittés les 23 juin dernier). Baptisée Ferrade au Mas, elle comprend ses arènes avec des raseteurs en pleine action face au taureau et une centaine de santons de sept centimètres. « Les tamaris, les roseaux, les arbustes, tout est vrai !, précise fièrement Mireille. C’est une passion pour moi, et un plaisir. J’aime m’asseoir devant et l’admirer. »

 

Les Amis du vieux Fos portent le flambeau

Historiquement, la crèche de l’église de l’Hauture était réalisée par l’association du regretté René Pacchiardi, Fos moun païs, désormais dissoute. Les Amis du vieux Fos ont repris le flambeau depuis quatre ans, proposant une crèche peuplée d’une cinquantaine de santons de trente centimètres. « L’année passée, la mort dans l’âme, nous avons dû annuler la crèche de Noël pour cause de Covid, rappelle le président, Michel Leroy. De nombreux Fosséens nous avaient dit après coup avoir regretté l’absence de cette manifestation traditionnelle. Aussi, cette année, nous avons décidé que, quoi qu’il arrive, nous ferons de nouveau la crèche en l’église de l’Hauture, avec l’aimable autorisation du Père Emmanuel. Nous avons innové en créant de nouvelles figurines et quelques représentations graphiques de nos sites locaux, ce sera la surprise. Il ne faut pas croire que notre activité pour cette exposition se résume au simple mois de décembre. C’est un travail de toute l’année pour toute l’équipe et, surtout, pour Emmanuelle Gimet, la responsable des santons. Elle les reprend et les répare un par un, les nettoyant, les repeignant si nécessaire, remplaçant les habits usés ou abîmés, en habillant certains de pied en cap. » Michel Leroy remercie les Fosséens qui ont fait don de santons à l’association – « Nous sommes toujours preneurs », précise-t-il - et vous fixe rendez-vous le 22 décembre à 18h pour l’inauguration de la crèche, qui sera visible jusqu’à l’épiphanie, à l’occasion de permanences suivant un calendrier non encore fixé.