En tant que Maire de Fos-sur-Mer, Président de Ouest Provence, mais également en tant que conseiller général, je suis soulagé et content pour le personnel d’Ascométal qui souhaitait une reprise de leur entreprise par la société Sparkling Industry.
 
La décision prise aujourd’hui par le Tribunal de Nanterre a confirmé les attentes des salariés, légitimement inquiets ces derniers jours par l’offensive tout azimut, notamment sur le plan médiatique, menée par l’entreprise brésilienne Gerdau.
 
Les juges consulaires ont su reconnaître les qualités intrinsèques du dossier présenté par Messieurs Franck Supplisson et Guy Dollé, deux experts de l’industrie sidérurgique française.
 
Mais je reste mobilisé sur ce que va faire le repreneur. Je serai donc très attentif à la mise en œuvre du plan de reprise, qui devra répondre à deux objectifs :  sécuriser l’emploi et pérenniser l’outil.
 
Une fois ces objectifs atteints, il sera alors temps d’imaginer la mise en route  d’une deuxième ligne d’aciérie.
 
Ce projet d’avenir contribuera à préserver nos outils les plus performants à Fos-sur-Mer, où l’industrie pétro - chimique est en souffrance, fragilisant ainsi le tissu industriel local mais aussi national.
 
J’ai toujours été du côté des salariés grévistes, je considère que leur combat n’a pas été vain et a contribué certainement à cette prise de décision : leur victoire est aussi celle d’un territoire, celui du complexe industrialo- portuaire de Fos-sur-Mer qui, malheureusement, a déjà suffisamment souffert des restructurations industrielles.
 
Avec l’ensemble de mes collègues, élus et collaborateurs municipaux comme intercommunaux, nous sommes donc ravis de cette décision, tout en rappelant notre nécessaire devoir de vigilance.