Un système de filtration innovant permettra de réduire de 40% les émissions de poussières à l’agglomération et d’anticiper les futures normes environnementales. La mise en service du nouveau filtre, dont la conception démarrera en 2020, est programmée courant 2021. Cet investissement de 20 millions d’euros s’inscrit dans un plan global prévisionnel de 100 millions d’euros à horizon 2023 sur le site de Fos-sur-Mer, visant à améliorer la qualité de l’air. Cette nouvelle installation permettra, en anticipation des futures normes environnementales, de réduire de 40% les émissions de poussières dans le secteur concerné par l’investissement et de 15% à l’échelle du site de Fos-sur-Mer (poussières canalisées).

Avec ce système de filtration, l’objectif est de passer sous le seuil de 10 mg de poussières par mètre cube d’air rejeté sur les deux cheminées du dépoussiérage secondaire de l’agglomération. Les poussières émises seront donc trois fois inférieures à la norme actuelle, qui autorise 30 mg/m3.

L’ensemble des poussières collectées seront recyclées dans le processus d’agglomération. L’objectif visé est 0 poussière à l’agglomération.

Bruno Ribo, directeur d’ArcelorMittal Méditerranée, a déclaré à ce sujet : « Cet investissement complète plusieurs investissements déjà réalisés dans ce secteur de production. Il illustre la volonté de l’entreprise de poursuivre son engagement à réduire son empreinte environnementale ».

Les investissements déjà réalisés sur le site en faveur de l’environnement se montent à 100 millions d’euros au cours des 5 dernières années. Ils donnent des résultats très significatifs : le site émet deux fois moins de poussières et de dioxydes de soufre qu’il y a 10 ans et 70% de dioxines en moins.

Quelques chiffres sur ce dispositif de filtration baptisé ODAS pour O Dust at Sinter Plant :

  • La puissance du moteur sera de 3 mégawatts, l’équivalent d’un tiers de la puissance d’un TGV
  • Le diamètre de la conduite principale de cette future installation est de 4,60 mètres
  • La surface totale du filtre occupera 20 000 m2, soit 3 stades de football
  • Le poids de cette installation : 1 000 tonnes (d’acier, évidemment !)

En parallèle de sa démarche de réduction des émissions atmosphériques, des projets de réduction de la consommation énergétique sont menés sur le site de Fos-sur-Mer. Un des deux variateurs de vitesse prévus sur le captage des fumées et des gaz de l’aciérie a démarré en octobre, se traduisant par une baisse de la consommation électrique de 60%. Le deuxième variateur sera mis en service d’ici la fin de cette année.

Le ventilateur du captage primaire est l’installation la plus énergivore de l’aciérie. Datant des années 1970, ce ventilateur tournait à 1000 tours / minute. Hors des phases d’élaboration de l’acier, le ventilateur tourne désormais à 500 tours / minute.

Pour faire varier la vitesse, deux moteurs ont été conçus sur-mesure. Un chantier de 8 mois à temps plein a mobilisé 14 entreprises sous-traitantes. Deux salles électriques d’une longueur totale de 22 mètres ont été construites à une hauteur de 32 mètres pour abriter les 36 tonnes de matériel nécessaire.

Quand le deuxième moteur sera opérationnel, la réduction de la consommation électrique annuelle sera équivalente à la consommation électrique d’une ville de la taille de Fos-sur-Mer.