Sur la corniche des Flamants roses, au bord de l'étang de l'Estomac, on retrouve deux espèces de palmiers avec les Phoenix et les Whashingtonia, soit une soixantaine de plantes au total. Si la seconde espèce n’est, pour l’heure, pas touchée par le Charançon rouge, les palmiers Phoenix subissent, eux, de plein fouet les dégâts causés par cet insecte surnommé le tueur de palmier.

 

Une première campagne d’abattage a déjà eu lieu fin 2019-début 2020. Sur les 29 palmiers d’origine, seuls 9 ont alors pu être conservés. Malheureusement le Charançon rouge est toujours là ! Aujourd’hui trois palmiers sont malades, victimes de ce prédateur foudroyant qui tue la plante en seulement quelques semaines. En sachant, qu’il n’y a pas aujourd’hui de traitement efficace, les autres palmiers Phoenix sont, eux aussi, condamnés.

 

La ville a donc décidé d’abattre l’ensemble des palmiers Phoenix de la corniche des Flamants roses pour les remplacer par des Tamaris, de petits arbres très décoratifs avec une floraison abondante. Au total, ce sont une quarantaine d’arbres qui seront replantés dans le secteur.

 

La corniche des Flamants roses pourrait être ponctuellement fermée au court des opérations d’abattage et de plantation, mais un passage sera conservé la majeure partie du temps pour permettre aux promeneurs de profiter des lieux.  La fin du chantier est prévue pour le 30 octobre, sous réserve de conditions météorologiques favorables avec, à terme, une corniche où les nouveaux Tamaris vont côtoyer les palmiers Whashingtonia restants.